Publié par Laisser un commentaire

Programme des domaines agricoles communautaires :leurre ou lueur?

Ce programme doit il continuer de retenir notre attention sans qu une situation claire ne nous soit expliquée sur les fameux 29 milliards ?
Avec la venue du nouveau coordonnateur Pape Malick Ndour notre desapprobation suite aux 29 milliards est rompue par une nouvelle communication visant à nous faire croire que du nouveau recommence.
Nous voulons bien le comprendre dans ce sens mais qu il ait la retenue de ne pas nous faire penser qu à partir de paroles un changement de cap est effectué.
Nous sommes au regret de lui dire que rien n a bougé.
Nous en sommes avec les vieux clichés, les vieilles méthodes et sûrement nous serons avec les mêmes résultats.
Nous voudrions connaitre le nombre d emplois crées depuis la creation des domaines agricoles communautaires.
L ancienne équipe estimait qu à Sefa il y avait 10000emplois soit 100 m2 par jeune.
Peut être ils ont le secret pour rentabiliser 100m2 au point d en faire gagner 20000f par jeune mensuellement.
On voudrait également connaitre le coût d investissement pour un emploi crée au regard des milliards jusqu ici engloutis?
Nous savons que ce sont plusieurs dizaines de milliards.
Le choix à vouloir se présenter comme incubateur d entrepreneurs ne repond ni au contenu encore moins aux finalités.
Ces jeunes ne pouvant pas gagner mensuellement 40000 f cfa devront faire combien d années pour économiser ?
Avec quel argent vont ils investir?
Arrêtons ce jeu irréaliste .Avec les Dac on ne peut qu avoir des ouvriers agricoles .
D ailleurs s agissant d entrepreneurs il y a des universités, écoles de formation etc dans le domaine agricole .
Il existe des parcours porteurs qui sauront mettre les jeunes dans des conditions de travail plus efficientes sans toute cette communication envahissante et tapageuse.
Ici il s agira d apporter du travail aux jeunes mais pas du mimétisme qui ne change pas la réalité de ces jeunes.
Quand il y a la volonté de proceder à des transformations structurelles et de conception beaucoup de choses pourront se faire.
L agriculture sénégalaise est marquée a 95% par celle de type familial .
Si nous voulons créer des emplois nous devons tenir compte de cette realité et s en accommoder aussi.
Si on exploitait cette forme d agriculture le nombre d emplois crées serait plus consistant à moindre coût et reposerait dans la durabilité.

De Ndiamé Thiam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *