Publié par Un commentaire

Le projet « Tekki ndawñi « répondra t il aux attentes des jeunes ?

Récemment dans un élan enthousiaste le Fond international du développement agricole (Fida) , la Banque africaine du développement ont financé un projet dénommé Tekki ndawñi passant par la promotion de
l entrepreuneriat agricole auprès des jeunes.
Il compte toucher 150000 jeunes avec une enveloppe de 54 milliards.
Le coût du projet est certe consistant mais l objectif est également démesuré si nous considerons les attentes de nos jeunes et les ambitions qui feront bouger les lignes dans notre agriculture.
Ce n est point un pessimisme gratuit qu on voudrait entrevoir mais il est quasi impossible de changer la structure entrepreuneriale d un agriculteur avec 350649 f cfa .
Il y a une démarche et approche qui visent à faire de ces jeunes des entrepreneurs agricoles et non des ouvriers agricoles comme il se fait avec les jeunes du projet Prodac.
Entrepreneuriat suppose autonomie, savoir et savoir , faire, proprieté etc.
Pour celà ne serait ce que
l équipement agricole sans compter les intrants il va se comprendre que les montants prévus par agripreneur sont de loin trop insuffisants..
Quelle categorie de jeunes vont ils sélectionner ?
S il s agit de jeunes provenant des centres villes ou les jeunes diplomés quelles sont les terres qui leur seront destinées.?
Ce projet suivra t il le même parcours que celui de Prodac en termes de délais d execution, retard de démarrage et autres ?
Les réalités du monde rural font que certains projets dans leur élaboration et conception requièrent une approche participative .En y associant les destinataires ou bénéficiaires du projet.
Cette démarche aurait permis d éviter certains montages qui ne prennent pas en compte à la faisabilité.
S il faut se préoccuper de la reussite du projet nos experts doivent revoir le nombre des bénéficiaires du projet en baisse de maniere significative.
L experience tirée de certsins projets font ressortir des incongruités.
Comment peut on conceptualiser un projet qui dans sa phase productive
n arrive pas à fournir des revenus acceptables (moins de 40000f cfa mensuellement).
Il s agit pas de verser dans un mimétisme qui consiste â faire semblant de repondre aux aspirations des jeunes alors que les projets proposés portent dés leur naissance les éléments d échec.
Demarquons nous de ces leurres pour se projeter vers des lueurs.

De Ndiamé Thiam

Une réflexion au sujet de « Le projet « Tekki ndawñi « répondra t il aux attentes des jeunes ? »

  1. Bonsoir, M. Thiam,
    Votre contribution est très appréciable. Je voudrai cependant vous demander de vérifier certaines informations car elles sont erronées et je suis à votre disposition pour vous les fournir en ma qualité de coordonnateur national dudit projet. Certainement cela pourrait vous amener à revoir vos conclusions.
    Mail de contact : projet.agrijeunes@agriculture.gouv.sn
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *